Qui est votre protagoniste ? Quel est le problème particulier auquel il ou elle est confronté.e, la source de son conflit ? Quel est le cœur émotionnel de votre histoire ?

Dans un récent cours d’écriture de scénario en ligne, l’un des scénaristes du groupe a posté ceci :

“J’écris des drames axés sur les personnages et j’ai presque toujours du mal à écrire une logline. Oui, je pourrais faire les choses différemment en essayant décrire d’abord la logline, mais c’est mon instinct de scénariste fonctionne différemment. Je commence par “outliner” (structurer dans un scène à scène) avant d’écrire et je m’efforce d’avoir un début, un milieu et une fin clairs, et de construire une dynamique jusqu’au climax. Et j’ai peu de personnages dans mes scénarios. Je me demande donc – puisque mes drames portent souvent sur des conflits intérieurs complexes (addictions, coming out…), avec souvent un secret caché aux proches parce que *compléter avec la blessure émotionnelle profonde* – ai-je de la difficulté à écrire une logline simplement parce que mon intrigue est trop faible par rapport au thème ? J’ai peut-être trop de thèmes différents ? Peut-être que mon intrigue n’est pas assez simple ou claire ? Mes histoires sont-elles “floues” parce qu’il y a trop de choses qui se passent et que je n’arrive pas à choisir l’intrigue principale ? Ou encore, comment équilibrer le thème et l’intrigue dans une logline ? La logline n’est-elle que pour l’intrigue ? Si ce n’est que de l’intrigue, comment pourrai-je alors intéresser le lecteur avec le noyau émotionnel de mon propos et ce qui fait le fond de mon histoire ? Peut-être que je trouve cela difficile parce qu’aucun de mes scénarios ne parle d’une “mission unique vers Mars “. Je suis peut-être aveuglé par mon thème. Je ne sais vraiment pas. Tout ce que je sais, c’est que je commence par mon personnage et que je plonge avec lui dans un voyage difficile vers une sorte de réparation.”

Voici ma réponse :

Il y a un grand nombre de questions dans votre message, chacune d’entre elles étant importante. Permettez-moi de commencer par un mantra d’écriture que j’ai écrit il y a des années :

Le but d’un logline n’est pas de raconter l’histoire, mais de “vendre” l’histoire.

Vous voulez donner au lecteur juste assez de matière pour susciter son intérêt. Trop souvent, les scénaristes insèrent trop d’informations dans une logline, mais cela s’appelle une logline, pas une longline.

Encore une fois, vous devriez essayer simplement de donner au lecteur quelque chose de spécifique qui suscite son attention, ce qui lui fera dire : “Allez, je vais jeter un coup d’œil à ce scénario.”

C’est évidemment plus facile à faire quand on a un high concept comme mon film K-9. Voici la version en six mots :

Flic solitaire. Nouveau partenaire. Chien policier.

Voilà. On voit le film. C’est l’intérêt d’un high concept : le scénariste peut se concentrer sur le concept de l’histoire, l’élément narratif précis qui rend l’histoire unique. Dans le cas de K-9, c’est une comédie d’action buddy movie – avec un chien policier.

Cependant, si vous écrivez des drames axés sur les personnages, ces scénarios clairement plus complexes à écrire, donc pas étonnant que vous ayez du mal à rédiger des loglines pour vos histoires.

En règle générale, une logline se compose de trois éléments :

Protagoniste. But. Némésis.

Mais que se passe-t-il si, dans le cas de vos histoires, la dynamique d’opposition n’est pas un personnage réel, mais un état psychologique ? Et bien cela fonctionne toujours comme une force antagoniste.

Aussi, si votre histoire est complexe, vous pouvez peut-être essayer une approche différente de votre logline en travaillant avec ces trois éléments :

Protagoniste. Distinctif. Émotion.

– Protagoniste : Donne au lecteur le point de vue du personnage principal dans l’histoire.

– Distinctif : L’élément narratif clé qui accrochera le lecteur.

– Émotion : Présente un point de connexion émotionnelle avec le lecteur.

Dans le cas d’une histoire axée sur le personnage, vous ne serez pas en mesure d’accrocher un lecteur avec une simple logline, alors vous devez l’aborder latéralement avec une accroche distinctive et une connexion émotionnelle.

Voici un bon exemple d’IMDB :

Forrest Gump : Forrest Gump, bien qu’il ne soit pas très intelligent, participe à de nombreux événements historiques, mais son grand amour, Jenny, lui échappe sans cesse.

Protagoniste : Forrest.

Distinctif : Il mène une destinée qui lui fait croiser de nombreux moments historiques.

Émotion : Il poursuit son véritable amour tout au long de son étonnant voyage.

Le Parrain : Le patriarche vieillissant d’une dynastie du crime organisé transfère le contrôle de son empire à son fils réticent.

Protagoniste : Don Corleone.

Distinctif : Une dynastie du crime organisé.

Émotion : Transférer le contrôle d’un empire à un fils réticent.

Si vous vous concentrez sur les bons éléments narratifs, même des histoires tentaculaires peuvent être décrites en une logline.

Ici, vos questions traitent davantage d’histoires complexes, cependant, parce que vous tentez de transmettre avant tout une émotion dans vos loglines, essayez cette méthode.

Qui est votre Protagoniste ?

Quel est le problème distinctif auquel il est confronté, la source de son conflit ?

Qu’est-ce qui est au cœur émotionnel de l’histoire ?

Réponse de cette dernière question : le thème.

Je dirai juste ceci sur le thème : il peut se résumer plutôt comme une tagline (un slogan) que comme une logline. Une logline indique plutôt un tracé d’intrigue. Une tagline penche plutôt vers la signification de l’histoire, le fond de l’histoire.

Voici un exemple. C’est la logline IMDb du film Get Out :

Un jeune Afro-Américain rend visite aux parents de sa petite amie blanche pour le week-end, le malaise qu’il éprouve devant leur accueil va atteindre un point critique.

Et voici la tagline :

Ce n’est pas parce que vous êtes invités que vous êtes le bienvenu.

Pour moi, la tagline suggère la signification du film et le ton “thriller psychologique”. Vous pouvez voir les choses ainsi :

Logline Intrigue

Tagline Thème

Regardons les choses en face : les loglines sont vraiment horribles à écrire. Même si vous travaillez avec un high concept, c’est vraiment une tannée.

Et pourtant c’est important parce que c’est précisément ce court résumé que tout le monde utilisera lorsqu’il s’agira d’interagir avec votre scénario.

Et lorsqu’un scénariste travaille sur une histoire complexe, un drame minimaliste axé sur les personnages par exemple, cela rend l’écriture de la logline encore plus difficile.

Si vous êtes sur un tel scénario, essayez de travailler avec les trois angles cités ci-dessus :

Protagoniste. Distinctif. Émotion.

Cela pourra peut-être vous aider.”

© Scott Myers – Article traduit par un.e scénariste membre de La Guilde française des scénaristes.