Menu icoMenu232White icoCross32White

Images de la page d'accueil

Cliquez pour éditer

Bandeau avec du texte, des boutons ou une inscription à la newsletter

Cliquez pour éditer

Conseil n°12 - Scott Myers

Le meilleur style d'écriture des scénarios est visuel. Après tout, les films sont : mouvements et images.

Considérons la poésie.

Comment un poème peut-il créer tout un monde de significations à partir de moments tout simples - un enfant qui regarde une mouche, un vieil homme affalé dans un rocking-chair, une goutte de pluie glissant sur une vitre ?  Et que sont les scénarios sinon une série de ces moments pleins de sens ?

Ensuite il y a l’utilisation du langage. Quand on lit un vers d’un poème d’un auteur comme Tom Chandler (“To the Woman at the Red Edge Motel”) :

“Une touriste de l’amour dans son mauvais tailleur d’espérance joue des coudes vers le comptoir dans le salon des filles sans noms.”

Ou Howard Nemerov (“Fiction”):

“Les gens dans l’ascenseur, tous, de face, restent immobiles, regardent vers le haut, absorbé, avec l’air stupide des saints.”

Ces vers littéraires ressemblent à des descriptions d’une scène de scénario. Ils décrivent la scène, et, aussi important, ils traduisent le sentiment et la tonalité du moment, pour le rendre plus vivant et intense dans l’imagination du lecteur.

Les scénaristes ne sont pas obligés de faire des phrases complètes. Mais nous sommes libres de créer des images fortes. Ainsi, lorsque Shane Black (L’arme fatale) décrit un suicidé :

“Elle gît, morte, comme un rêve évanoui. Encore belle.”

Ou Walter Hill (Hard Times) décrivant une bagarre de rue :

“Le gars de Speed envoie un coup de pied. Pour sa peine, il se fait tirer en arrière. Lutte. Arrachage de cheveux. Hommes puissants mais sans grâce.”

Ce sont des exemples de ce que j’appelle l’écriture imagée. Utiliser les mots pour créer des images fortes et visuelles. L’écriture imagée, avec l’écriture psychologique, est une deuxième couche narrative, sensible, qui vient du style.

Voici trois éléments pour construire cette Voix Narrative : les Verbes, les Descriptions, les Images poétiques.

Les Verbes

C’est l’aspect de la Voix Narrative qui traduit la nature active du présent de l’histoire. On utilise des verbes d'action.

Les Descriptions

C’est l’aspect de la Voix Narrative qui capture les éléments visuels clés qui se produisent dans le présent de la scène. On utilise des détails spécifiques.

Les Images poétiques

C’est l’aspect de la Voix Narrative qui utilise les mots justes, pour évoquer un sentiment du lieu, une atmosphère, une tonalité.

 

 

Ainsi, lorsque Michael Arndt décrit le rituel de danse d’Olive dans Little Miss Sunshine.
 

 

Et quand Joe Eszterhas décrit un meurtre page une de Basic Instinct.

Ou encore, cet exemple français issu de l'excellent scénario de Tonino Benacquista et Jacques Audiard, De battre mon coeur s'est arrêté.

Chacun de ces exemples sont de l’écriture imagée, l’expression poétique de la Voix Narrative du scénariste.

Ces choix stylistiques dépendent fondamentalement du type d’histoire que vous êtes en train de raconter, et de l’impact du genre sur la Voix Narrative. Pour transmettre l'expérience du film sur la page, on a de bonnes raisons d’envisager l’écriture des descriptions de scènes davantage comme de la poésie que comme de la prose.

 

© Scott Myers

Article traduit par un.e scénariste membre de La Guilde Française des Scénaristes : www.guildedesscenaristes.org

 

Retrouvez en version originale l’intégralité des articles de Scott Myers, ainsi que de nombreuses analyses de scripts et interviews de professionnels sur le blog Go Into The Story.

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus